• Print
  • Decrease text size
  • Reset text size
  • Larger text size
15/02/2019

Interview de Habib Sehil (GNVERT) sur l’ouverture de la station multi-carburants de Rungis [Cycle mobilité - 4/4]

GNVERT, filiale d’ENGIE et leader des solutions d’avitaillement de Gaz Naturel Véhicule (GNV), inaugurait en juin 2018 la première station multi-carburants alternatifs de France au cœur du marché international de Rungis. Sia Partners a souhaité questionner M. Habib Sehil, Directeur Commercial de GNVERT, sur les opportunités qu’offrent cette station et sur l’avenir des carburants alternatifs en France.

Interview

Sia Partners – Comment est venue l'idée de ce projet de station multi-carburants alternatifs de Rungis ?

GNVERT – Avec un flux de plus de 25 000 véhicules par jour, le Marché International de Rungis (MIN) est un endroit stratégique pour le développement de la mobilité verte pour le transport de marchandises en Ile-de-France. Pour répondre aux besoins de tous les acteurs présents sur le MIN ou y transitant, il nous semblait naturel d'y proposer une offre complète de carburants alternatifs. Un partenariat entre la Société gestionnaire du Marché International de Rungis et GNVERT a permis l’ouverture en 2017 d’une station GNC/BioGNC (Gaz Naturel Comprimé) et l’annonce d’une station hydrogène pour 2018. La volonté de chacun des partenaires est d’agir en faveur d’une logistique urbaine toujours plus responsable et durable.

 

Sia Partners – Quelle est aujourd'hui la répartition des ventes de carburants sur cette station ?

GNVERT – En toute logique, les ventes de GNC sont supérieures aux ventes d’hydrogène qui est une filière naissante. Le gaz naturel étant proposé sur nos stations depuis 20 ans, la solution GNV est mature, la France est d’ailleurs devenue le 1er pays d’Europe pour les ventes de Poids Lourds roulant au GNV. A ce jour, la station hydrogène de Rungis alimente environ 50 véhicules utilitaires Engie Cofely ce qui en fait la première flotte d’Europe. En quelques mois ce sont plus de 200 000 km qui ont été parcourus par ces véhicules en Île de France.

 

Sia Partners – A l'avenir, la production d'hydrogène sur site par électrolyse va-t-elle générer un surcoût à la pompe ?

GNVERT – Nous sommes convaincus de la pertinence de la production de l'hydrogène sur site par électrolyse, et agissons pour son développement. Rappelons que les électrolyseurs permettent la production d’hydrogène issu d’énergies renouvelables. Il est à noter que cette évolution sur notre station de Rungis ne produira pas de surcoûts à la pompe pour les utilisateurs.

 

Sia Partners – Les stations d'avitaillement en carburants alternatifs semblent se développer en parallèle sans véritables synergies. Cette station fait figure d'exception aujourd'hui. Comment voyez-vous la généralisation ? Plutôt via des réseaux mono-carburant ou des stations multi-carburants de ce type ?

GNVERT – Notre entreprise accompagne ses clients pour répondre à leurs besoins et dans ce cadre nous avons déjà plusieurs stations proposant du GNV, du BioGNV et de l’azote. Nous travaillons également sur un projet de station multi-carburants intégrant la distribution d’hydrogène et de GNV/BioGNV à Lyon sur le Port Edouard Herriot. Grâce aux synergies avec d’autres entités du groupe Engie, nous allons pouvoir dans le futur proposer d’autres stations multi-carburants alternatifs distribuant gaz, hydrogène et électricité. Enfin, au-delà du modèle station de carburants, nous croyons beaucoup au concept de points de mobilité proposant l’ensemble du panel de carburants alternatifs.

 

Sia Partners – Existe-t-il aujourd'hui des obstacles réglementaires à l'implantation de telles stations multi-carburants alternatifs ?

GNVERT - D’une part, une visibilité à moyen/long terme (5 à 10 ans) sur la taxation des carburants alternatifs est nécessaire. Les modèles économiques d’une filière qui amorce son développement sont toujours fragiles. L’incertitude sur les niveaux de taxation à venir (par rapport au diesel qui reste une référence pour beaucoup d’utilisateurs) rend les décisions d’investissement plus risquées. Les projets de déploiements de ces solutions s’en retrouvent dès lors retardés alors que nous nous entendons tous sur le fait qu’ils sont requis pour atteindre les objectifs visés par la transition énergétique. Conscient de cela, le Gouvernement a mis en place des mesures incitatives, comme le maintien de la TICPE stable pendant 5 ans ou le suramortissement pour les achats de poids lourds, afin d’accompagner la transition énergétique vers le GNV.

 

Sia Partners – Aujourd'hui le GNV s'adresse essentiellement aux professionnels. En sera-t-il de même pour l’hydrogène ? Quelle complémentarité entre ces deux motorisations ?

GNVERT – Contrairement au marché du GNV pour lequel le transport de marchandises, les bennes à ordures ménagères ou encore le transport de personnes représentent les principaux utilisateurs, la solution hydrogène s’adresse aujourd’hui aussi bien à des véhicules de particuliers qu’à des flottes d’utilitaires légers. Certaines collectivités font également le choix de bus à hydrogène pour un transport public zéro émission. Le développement de porteurs et camions hydrogène à court ou moyen terme permettra également de compléter le panel d’utilisateurs.

Le Gaz Naturel Véhicule sous forme gazeuse compressée (GNC) permet une réduction des émissions de CO2 de 25%, et de 85% sous sa composante totalement renouvelable, le BioGNV. Sous sa forme liquide le GNL (Gaz Naturel Liquéfié) permet une autonomie plus importante et répond aux besoins de transport de marchandises pour les moyennes et les longues distances. L’hydrogène quant à lui permet d’augmenter l’autonomie des véhicules électriques pour atteindre des niveaux similaires aux motorisations thermiques.

L’avenir est donc à un mix équilibré de carburants selon la formule « à chaque usage son carburant ». Pour les véhicules légers aux besoins d’autonomie limités, le véhicule électrique à batterie est une solution parfaitement adaptée. En revanche, pour les véhicules plus lourds et les besoins en autonomie importants, les solutions gaz naturel carburant et hydrogène sont les plus indiquées pour garantir une exploitation répondant aux attentes et enjeux des utilisateurs.

 

Présentation de GNVERT

Leader des solutions d’avitaillement en Gaz Naturel Véhicule (GNV) en France depuis 1998, GNVERT, filiale d’ENGIE, propose des solutions sur mesure pour les projets de mobilité durable pour les entreprises et les collectivités territoriales qui souhaitent réduire l’empreinte environnementale de leurs transports. À travers un réseau de 140 stations GNV en France, GNVERT commercialise plusieurs carburants alternatifs : Gaz Naturel Comprimé (GNC), BioGNC (version décarbonée du GNC), Gaz Naturel Liquéfié (GNL) et Hydrogène.

 

Présentation de Habib Sehil

Issu d’une formation technique dans le domaine de l’informatique industrielle, Habib SEHIL a orienté sa carrière vers la vente de solutions énergétiques pour les industriels. Après différentes fonctions commerciales au sein d’Engie, il a rejoint, il y a 3 ans, GNVERT en tant que Directeur Commercial.

 

Sia Partners

0 commentaire
Publier un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisissez les caractères affichés dans l'image.
Back to Top