• Print
  • Decrease text size
  • Reset text size
  • Larger text size
13/12/2018

Anammox : vers un traitement des eaux usées domestiques neutre en énergie

Le traitement conventionnel des eaux usées domestiques par boues activées requiert d’importantes consommations en énergie pour l’élimination de la matière organique. Cette consommation est principalement induite par l’aération des boues, l’oxygène étant nécessaire pour la croissance des bactéries qui effectuent le traitement (aérobies).

 

L’aération représente en effet entre 50% et 80% de la consommation d’énergie totale d’une station d’épuration à boues activées. Le principal défi afin de réduire la facture énergétique de ce type de station est donc de réduire la consommation d’énergie lors de cette étape du traitement (dit secondaire). 

Au-delà de l’optimisation des systèmes d’apport en oxygène, déjà bien maîtrisée, l’utilisation de bactéries n’ayant pas besoin d’oxygène pour leur croissance (anaérobies) peut être envisagée. Concernant le traitement de l’azote, le choix d’une voie métabolique microbienne complémentaire – l’Anammox – permettrait d’améliorer substantiellement le bilan énergétique des stations d’épuration.

Pour quelles raisons ce processus n’est-il pas encore bien intégré au traitement principal des eaux usées domestiques ? Quels sont les freins à cette nouvelle technologie ? Quelles sont les opportunités à saisir par son application ?

 

Sia Partners

0 commentaire
Publier un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisissez les caractères affichés dans l'image.
Back to Top