• Print
  • Decrease text size
  • Reset text size
  • Larger text size
15/01/2018

Entretien avec Daniel DUFOUR, directeur du programme biométhane de GRTgaz

Sia Partners a interviewé Daniel DUFOUR, Directeur de Programme Biométhane de GRTgaz depuis 2015, afin de décrypter le développement d’une nouvelle brique du système gaz pour accueillir une part toujours plus importante de gaz renouvelable.

Sia Partners : à l’occasion du salon Smart Energies Expo qui s’est tenu à Paris en juin dernier, GRTgaz a annoncé la réalisation des deux premières installations de « rebours » dans le cadre du démonstrateur West Grid Synergy visant à préfigurer le réseau gaz du futur. Pourriez-vous nous expliquer dans quel contexte intervient le développement de ce nouvel élément du système gaz ?

Daniel DUFOUR : Depuis quelques années, la production de biométhane[1] connaît une croissance exponentielle en Europe et en particulier en France. Ce développement s’est confirmé avec les objectifs ambitieux fixés dans le cadre de la loi de transition énergétique de 2015 et la Programmation Pluriannuelle de l’Energie (PPE) de 2016.

À horizon 2030, les opérateurs de réseaux estiment même que le gaz renouvelable injecté dans les réseaux pourrait représenter près de 30% de la consommation finale de gaz en France soit près de 90 TWh. Dans ce contexte de fort développement du biométhane, les distributeurs de gaz naturel se trouvent assez rapidement face à des situations de manque d’exutoires et se posent la question de la nécessaire adaptation des réseaux gaziers.

En effet, les quantités de biométhane injectées pourraient être supérieures à la consommation locale de gaz, qui varie en moyenne de 1 à 10 entre l’été et l’hiver sur les réseaux de distribution. Ce phénomène est renforcé par le fait que les projets d’injection de biométhane sont souvent envisagés dans des zones rurales moins peuplées où les consommations locales de gaz sont d’autant plus faibles en été.

Lorsque la production dépasse les quantités consommées cela tend à saturer les réseaux de distribution lors des saisons chaudes.

Avec les différents opérateurs de réseau, nous avons identifié plusieurs solutions : le maillage des réseaux de distribution pour augmenter les capacités de consommation du biométhane produit par la multiplication des consommateurs raccordés, la modulation de la production de biométhane selon les saisons et les besoins de consommation, la micro liquéfaction et compression pour stocker les productions de biométhane pendant les saisons de faibles consommations, le développement de nouveaux usages du gaz (pour la mobilité notamment), ainsi que la réalisation de postes de rebours entre les réseaux de distribution et de transport de gaz naturel.

 

Sia Partners : GRTgaz s’intéresse donc en particulier à cette dernière solution, « le rebours entre les réseaux de distribution et de transport ». Pourriez-vous nous expliquer concrètement, en quoi cela consiste ?

Daniel DUFOUR : à côté des solutions envisagées par les distributeurs (maillages et stockages), GRTgaz développe en effet de nouvelles installations de compression appelées Rebours.

Concrètement, la solution Rebours permet des flux inversés par rapport à la normale entre des réseaux de régime de pression différents afin de remonter le surplus de gaz sur les réseaux en amont et ainsi bénéficier de leur plus grande capacité (cf. figure 1).

Le poste « rebours » est un ouvrage de l’opérateur de transport qui peut être localisé soit à proximité d’un poste de livraison[2] existant, soit à un autre endroit où les réseaux de transport et de distribution sont proches ou se croisent.

Figure 1 - principe de fonctionnement du rebours (source : GRTgaz)

 

Sia Partners : Grâce au rebours, les échanges entre les réseaux de distribution et de transport pourront donc se faire dans les deux sens. Cela veut-il dire que ces installations vont être déployées sur l’ensemble du territoire ?

Daniel DUFOUR : Pour estimer les adaptations du réseau et les investissements qui pourraient être nécessaires d’ici 2030 pour répondre aux enjeux dont nous venons de parler, GRTgaz a conduit une étude statistique sur la probabilité d’installer des stations de rebours sur son réseau pour absorber l’ensemble des surplus de biométhane.

Les premiers résultats indicatifs proposés fin 2017 permettent d’apporter des ordres de grandeur et des premiers éclairages. Ainsi, nous estimons qu’entre 100 et 150 installations de rebours distribution/transport seraient statistiquement nécessaires d’ici 2030 en France pour atteindre respectivement 10 ou 30% de gaz renouvelable dans la consommation.

Le déploiement de ces installations se fera progressivement en tenant compte à la fois de notre rythme de développement industriel de cette nouvelle solution mais aussi des besoins variables des territoires en fonction du potentiel de production de gaz renouvelable et du rythme de développement des projets.

 

Sia Partners : les deux premiers projets annoncés par GRTgaz sortiront de terre dans le Grand Ouest de la France. Comment avez-vous sélectionné ce territoire et quels sont les principaux jalons du projet à venir ?

Daniel DUFOUR : Plusieurs critères qualitatifs nous ont permis de sélectionner l’implantation des deux premiers projets pilotes. Nous devions nous assurer que la zone retenue présentait à la fois, un besoin en rebours avéré, mais aussi des projets d’injection de biométhane suffisamment matures et une dynamique territoriale favorable au développement de ce type de projet. La Bretagne et les Pays de la Loire, avec l’écosystème SMILE (Smart Ideas to Link Energies), offrent un territoire de choix pour ces premiers démonstrateurs smart gas grid territoriaux du gaz renouvelable. Les projets d’injection de biométhane en Bretagne et Pays de la Loire dépassent déjà les besoins de consommation des distributions publiques locales sur certaines périodes de l’année.

Ces deux projets qui ont démarré début 2017 sont actuellement en phase d’études d’ingénierie jusqu’à mi-2018. Les travaux sont prévus en 2019 pour une mise en service au deuxième semestre de cette même année. En parallèle de ces deux premiers projets, nous travaillons à l’industrialisation de la solution pour un développement progressif de 100 à 150 installations à l’horizon 2030.

Au-delà de la réalisation technique, de nombreuses questions doivent encore être traitées par les différents acteurs de la filière, en particulier pour définir et consolider les règles de développement de ces nouvelles installations.

 

 

Présentation de Daniel Dufour

Daniel DUFOUR a rejoint GRTgaz en 2015. Après avoir occupé pendant près de 9 ans la responsabilité d’un département « études et projets », il a rejoint la Direction Grands Projets pour prendre la Direction du Programme de réalisation des installations de raccordement de biométhane et de développement des capacités d’injection.

Présentation de GRTgaz

GRTgaz possède et exploite en France le plus long réseau de transport de gaz naturel à haute pression d'Europe avec trois missions principales :

  • Le transport de gaz dans les meilleures conditions de sécurité, de coût et de fiabilité,
  • la livraison aux clients raccordés au réseau de transport (industriels, centrales gaz, réseaux de distribution et de transport adjacents),
  • et le développement des capacités de transport pour satisfaire les besoins du marché et renforcer la sécurité d'approvisionnement en France et en Europe.

GRTgaz en chiffres (2016) :

  • 2916 collaborateurs
  • 32 456 km de réseau et 617 TWh de gaz transporté
  • 1993 M€ de chiffre d’affaire et 600 M€ d’investissements

 

 

Propos recueillis par Noël COURTEMANCHE, Sia Partners

 
 

Notes

[1] Production de biogaz épuré puis valorisé sous forme de carburant ou de gaz naturel après injection sur le réseau de transport ou de distribution.

[2] Le poste de livraison est une station de détente du gaz permettant de livrer le gaz transporté à haute pression par le gestionnaire de réseau de transport vers le réseau basse pression du distributeur.

0 commentaire
Publier un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisissez les caractères affichés dans l'image.
Back to Top