• Print
  • Decrease text size
  • Reset text size
  • Larger text size
06/02/2017

Retour sur la vague de froid de janvier 2017

La vague de froid qui a sévi sur le territoire français du 17 au 26 janvier a ravivé les inquiétudes pouvant peser sur la capacité du réseau à répondre à de forts pics de consommation, dans un contexte d’évolution du mix énergétique aujourd’hui inscrit dans la loi. En plus de décarboner le mix énergétique français, les politiques énergétiques de la France doivent aussi garantir la couverture des besoins énergétiques même en période la plus froide. Sia Partners vous donne quelques clés pour mieux comprendre l’impact de cette vague de froid et la comparer aux épisodes météorologiques similaires vécus par le passé, dont la vague de froid de février 2012. 

Tout d’abord, la vague de froid du 17 au 26 janvier 2017 est restée bien moins intense que la vague de froid qui avait touché le pays en février 2012 :

La vague de froid de 2012 avait duré plus longtemps et les minimales atteintes étaient bien inférieures. En effet, la température France avait chuté jusqu’à -8.6°C.

Avec ces données, il est possible de comparer cette vague de froid à toutes les vagues précédentes selon un graphe défini par Météo France.

Cet épisode de froid est donc peu conséquent comparé à des périodes beaucoup plus rudes comme celles de 1956 ou de 1985 qui ont duré bien plus longtemps et étaient significativement plus intenses.

Une vague de froid telle que celle de janvier a néanmoins des incidences sur la consommation au niveau national. En effet, le gradient thermique national est à la hausse depuis quelques années jusqu’à dépasser les 2200 MW/°C aujourd’hui. Le moindre épisode de froid peut donc avoir des conséquences  importantes. Alors que ce gradient thermique était stabilisé aux alentours de 1000 MW/°C dans la fin des années 90, il est reparti à la hausse suite à une augmentation de la proportion de nouveaux logements chauffés électriquement qui a grandi à partir des années 2000.

La consommation électrique au niveau national reste donc très thermosensible. La consommation a ainsi atteint un pic à 93.9 GW (périmètre RTE) le 20 janvier 2017, une valeur qui reste inférieure à celles atteintes les premiers jours de février 2012 (jusqu’à 102 GW).

 

Sia Partners

0 commentaire
Publier un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisissez les caractères affichés dans l'image.
Back to Top